Les états d’esprit qui guident la céramique italienne | de Cristina Faedi

Cette année, pour illustrer les nouvelles tendances céramiques lancées au Cersaie 2017, je me suis inspirée d’un article, lu récemment, de Li Edelkoort, gourou internationale des tendances de la mode, des tissus, de la déco intérieure et même des aliments.
Dans son article, Li Edelkoort analyse les dynamiques socio-culturelles en cours et prévoit celles qui seront, à son avis, les tendances futures.
Son analyse révèle en fait une préoccupation croissante pour le futur, une forte inclinaison à vivre le présent et, en même temps, une grande envie de récupérer le passé. Certes, la technologie a beaucoup avancé et la recherche sur les matériaux est considérable, mais la récupération de cette artisanalité qui est de plus en plus rare et en train de disparaître est un phénomène très sérieux.
Li Edelkoort distingue quatre états d’esprit qui déterminent un « portrait du temps » et qui, à mon sens, se retrouvent également dans le développement des tendances céramiques : poésie, mémoire, confort et design.

Commençons par la poésie.

 

L’aspect ‘poétique’ de la céramique est représenté par une récupération de la décoration fortement ancrée dans un passé que la céramique revendique comme origine, à savoir celle du ‘pixel’ décoratif répétitif.

Au Cersaie 2017, on respirait cette vague de nostalgie qui, depuis quelques temps déjà, va vers un genre vintage, devenu désormais contemporain, créé par un esprit d’héritage qui récupère quelque chose qui ‘nous fait du bien’, nous rassure parce qu’il nous est familier, que nous trouvons beau parce qu’il a toujours été là.

Avec un goût du passé dans un esprit contemporain, la céramique confère aujourd’hui aux intérieurs une esthétique un peu rétro et une grande personnalité, tout en assurant les meilleures performances de produit.

On enregistre en effet une relecture des matériaux et des modèles de l’architecture classique déclinée dans un style frais, détendu, romantique.

On récupère l’aspect des cementine, carreaux de sol artisanaux artistiques composés de ciment mêlé à des poudres de marbre et à des oxydes pour la coloration. Nés à la fin du XIXe siècle, diffusés dans toute l’Europe, en Amérique Latine et aux États-Unis, et utilisés jusqu’aux années 1930, ils ont peu à peu laissé place au marbre reconstitué et à la céramique industrielle.

Très net, ce retour caractérisé par la valeur artisanale du fait main assure un intérieur personnalisé, des salons aux chambres à coucher, des cuisines aux salles de bains, des sols aux murs, sans limitation de surface. Les innombrables schémas de pose varient de la rigueur géométrique la plus classique à une pose aléatoire ou mêlée à d’autres éléments en teinte unie.

Petits décors, formats réduits, avec un retour du 20x20, voire du 10x10, sans exclure les plus grands, relectures contemporaines, nouvelles couleurs et géométries de plus en plus nettes. Les finitions de surface peuvent être brillantes ou douces, presque poudreuses, et les décors de plus en plus innovants.

C’est dans la forme la plus élégante et la moins rustique que sont évoqués de plus en plus clairement les styles du début du XXe siècle : l’Art déco aimait les formes géométriques, essentielles et élégantes, et l’Art nouveau était dominé par l’esthétique naturaliste et une recherche décorative. Et la décoration florale s’amplifie également sur les carrelages.

Toujours dans le cadre de la décoration, le tissu – tendance déjà en cours dans la production céramique récente – confirme sa forte présence en se montrant avec des patchworks et en se mélangeant avec les autres matières. Les trames sont rigoureuses ou à peine suggérées. On redécouvre les brocarts, les damas, les papiers peints et les peintures décaties et on repropose des techniques très raffinées de ramages sur des mosaïques recherchées, où le décor dépasse les limites de la simple tesselle, pour arriver, sur les grandes dalles, aux reproductions de signes floraux clairement inspirés de la nature ou des vieux herbiers.

Élégants et à la mode, soignés dans les moindres détails, les carreaux de céramique italiens peuvent être utilisés dans les intérieurs résidentiels et les architectures commerciales, mêlant à la tradition la plus ancienne le style de composition le plus moderne et le plus élégant, toujours attentif au soin du détail.

Janvier 2018