Et les octets filent sur la dalle céramique | de Andrea Serri

Allons-nous vers un monde dans lequel la manufacture céramique sera au centre d’un nuage de données ? En observant bien ce qui se passe, l’évolution semble effectivement orientée vers une modification profonde également de la manière de faire des affaires. Les data man ou woman importants pour la céramique sont un peu partout. Nous les trouvons dans les grandes entreprises opérant dans la fourniture de technologies aux normes de l’industrie 4.0, qui s’équipent des compétences nécessaires (et dans certains cas de départements commerciaux appropriés) pour collecter, gérer et analyser ces données. Les mêmes entreprises productrices de dalles et de revêtements céramiques, de plus en plus conscientes des avantages économiques qui découlent de la gestion de données, embauchent des employés pour ces postes. Et cette partie du monde, que nous pourrions, en termes informatiques, appeler SQL (langage de requête structurée), est la première partie de la lune qui s’impose l’objectif de connaître et d’utiliser au mieux les données de l’entreprise.

La seconde moitié, tout aussi importante, et extérieure aux entreprises manufacturières, est capable d’observer la dynamique des marchés vers lesquels se tourne la céramique italienne, interprétés à travers les comportements de différents sujets, allant du détaillant au concepteur et du consommateur aux sites de commerce électronique. Ici, la base de données puise à pleines mains dans le monde des réseaux sociaux mais, en plus, elle permet de connaître les voies et les modalités d’achat, les préférences exprimées et les sources d’inspiration. Nous pourrions l’appeler No SQL parce qu’elle est en rapport avec des contenus informatifs non exprimés en chiffres, mais en images, en textes et autres variables non numériques. Saisir la préférence exprimée en observant le mur Pinterest d’une consommatrice américaine ou identifier, dans la galerie des projets, la plus grande capacité d’un architecte français à développer des bâtiments résidentiels, est un facteur d’une importance extraordinaire pour lire et anticiper le marché. Un nouveau scénario est en train de s’ouvrir. Les vieilles informations qui accompagnaient le produit – comme la notice contenue dans les cartons de carreaux – sont remplacées par les big data et data lakes qui aideront, dès la phase de projet, à réaliser des matériaux et des produits encore plus performants et plus proches des exigences des clients. Les octets filent à vitesse V sur la surface céramique, la révolution approche...

Octobre 2018