Entretien de la céramique : de l’eau et un simple détergent | de Alfredo Zappa

La norme UNI 11493 montre que les carrelages céramiques doivent satisfaire aux prescriptions qui en permettent un nettoyage facile et efficace, grâce à un entretien périodique. Le type, l’intensité et la fréquence de ces interventions dépendent de la quantité des caractéristiques des dépôts de saleté, mais également du bon choix des matériaux (dalles céramiques, ciments-joints, colles, sous-couches, etc.) opéré pendant la phase de conception, sur la base des conditions prévues d’exploitation du carrelage.

Les protagonistes
Le concepteur : il met au point la solution de construction, en tenant compte des contraintes superficielles prévisibles, mécaniques et chimiques, en fonction de l’usage auquel le carrelage est destiné.
Le maître d’ouvrage : il fournit au concepteur toutes les informations sur les lieux et les contraintes prévues. Il programme les interventions d’entretien avec la fréquence et l’intensité nécessaires pour sauvegarder la propreté, l’aspect et l’intégrité du carrelage.
Le carreleur : il effectue la pose conformément aux prescriptions. Il s’occupe de la protection et du soin des travaux jusqu’à la livraison. Il exécute, quand il en est chargé, les interventions périodiques d’entretien, avec les techniques, les matériaux et les produits appropriés.

En détail
Pour tous les types de carrelages céramiques, les seules interventions d’entretien indiquées dans la norme consistent en un nettoyage périodique. On sait cependant que les carrelages d’intérieur en terre cuite non traitée exigent, dans la plupart des cas, un cycle initial d’imprégnation, à répéter en fonction des contraintes superficielles auxquelles ils seront sujets. Pour faciliter le nettoyage d’un carrelage céramique, il est de bonne règle d’adopter des systèmes de protection appropriés (paillassons, tapis d’escalier, etc.) là où sont prévues les contraintes les plus importantes, par exemple dans les entrées (intérieur/extérieur) ou le passage d’une pièce à l’autre. Pour le nettoyage, on utilise généralement un mélange d’eau et de détergent. Il est important de souligner que les carreaux et les joints ne doivent pas être traités avec un détergent contenant des agents chimiques agressifs. Parmi ceux-ci, citons les produits formulés à base d’acide fluorhydrique ou ses dérivés, qui sont particulièrement agressifs pour la silice et les matériaux liés. En l’occurrence, pour le traitement des carrelages de locaux résidentiels, le lavage doit être effectué avec une éponge ou un chiffon imbibé d’eau claire, à température ambiante ou non supérieure à 40°C. En fonction du degré de saleté, on utilisera une solution avec un détergent faible (pH 7-8) ou fort (pH 9-10), en complétant par un rinçage adéquat. La norme UNI 11493 déconseille de recourir à des imprégnants qui créent un film adhérant au carrelage, car ils risquent de retenir la saleté superficielle avec plus de force que la céramique et de rendre le nettoyage de plus en plus difficile. Il est recommandé de laver le carrelage des lieux publics et commerciaux avec une solution détergente forte (pH 9-10) et éventuellement de l’eau chaude. Pour éliminer en revanche les traces de bases ou de calcaire, il faut utiliser un détergent acide avec pH 5-6 et rincer abondamment. Pour les interventions sur les grandes surfaces, il est conseillé de recourir à des laveuses dotées de brosses électromécaniques. In fine, pour les carrelages de lieux industriels, la norme ne suggère rien de particulier si ce n’est d’utiliser des détergents appropriés pour éliminer le type de saleté spécifique.

Pour en savoir plus
Norme UNI 11493 -1:2016
Carrelages céramiques sols et murs
Consignes pour la conception, l’installation et l’entretien
Chapitre : 9 - entretien
Paragraphe : 9.1 Généralités ; 9.2 Carrelages de lieux résidentiels ; 9.3 Carrelages de lieux publics/commerciaux ; 9.4 Carrelages de lieux industriels